Le projet fédérateur UNE UN DES s’est construit en partenariat avec la référente culture du lycée Paul Lapie dans le cadre du L.A.C. LunE’Arts, les équipes enseignantes des établissements participants, l’animatrice du FAS et plus vite.
Il a rassemblé, dans une dynamique locale, 5 établissements scolaires lunévillois (1 collège, 3 lycées/LP et l’école élémentaire de Chanteheux) et le FAS de Lunéville. Il a concerné 16 groupes constitués de publics d’âges et d’horizons différents allant d’une classe de CP à deux groupes d’adultes.
Ce projet avait l’objectif de sensibiliser ces publics à l’art contemporain et de développer une relation privilégiée avec des œuvres.
Le projet a généré 15 textes descriptifs de 15 œuvres différentes. Chacun de ces textes révèle une grande fantaisie et une grande diversité d’écriture. Les ateliers plastiques ont généré 282 dessins individuels témoignant d’une grande créativité. L’ensemble, les œuvres, les textes et les productions est présenté dans ce document.

UNE UN DES, C'est un dispositif de médiation de l'association **plus vite** qui est conçu sous la forme d'un protocole.

UNE, c’est une œuvre de la collection plus vite, choisie par l’association et proposée à un groupe qui ne sait rien d’elle.

UN, c’est un texte descriptif de l’œuvre écrit par ce groupe.

DES, ce sont des dessins réalisés par un autre groupe auquel on a confié le texte.

Chaque groupe décrit une œuvre et reçoit la description d’une œuvre. Chaque groupe écrit et dessine. Chaque groupe regarde et imagine.
L’atelier d’écriture permet de partager son regard sur l’œuvre et ses impressions avec les personnes de son groupe.
La découverte du texte et l’atelier plastique invite chacun à développer son imagination et sa créativité mais aussi à comparer sa lecture à celles des autres.
Le rassemblement de toutes les pièces permet de découvrir l’ensemble des éléments: l’œuvre, le texte, les dessins.

FAS de Lunéville - 1ASSP du lycée Paul Lapie de Lunéville.

Cowboys Hippolyte Hentgen
Estampe numérique
Œuvre de la collection plus vite

Texte écrit par le FAS de Lunéville.

Studio Disney, tournage en cours de «Les deux cowboys aux crayons de couleurs».
2 metteurs en scène discutent de la prochaine scène.

1er metteur en scène (Erika) : Dis donc Jean Luc, tu as eu une bonne idée de mettre ce fond en arrière-plan ! Sombre, noir et bleu, avec ces lignes banches verticales à droite qui donnent un aspect usé. Le tout entouré par cet effet de diapositive un peu sali sur le haut, vraiment sympa !

2ème metteur en scène (Jean Luc) : Merci Erika ! Allez ! Messieurs en scène ! Toi Paul le grand, qui joue le rôle du papa, mets-toi à gauche, de face, et regarde vers le bas. Et toi henry le petit, qui joue le rôle de l’enfant, mets-toi juste à côté, à droite, de 3/4 et regarde vers le haut en direction de Paul.

Cameramen ! Cadrez en format vertical 22x15, uniquement jusqu’à la taille des personnages !

Habilleuse (Michèle) : Alors les metteurs en scène, qu’est-ce que vous en pensez de mes choix de costumes pour ces 2 cowboys ?!

Erika : J’aime beaucoup le costume du grand. Ce chapeau de cowboy brun avec ce ruban blanc à sa base. Cette veste dorée à franges. Ce bandana rouge autour du cou noué en triangle.

Jean-Luc : Moi j’adore le costume du petit ! Ce chapeau de cowboy blanc avec cette lanière autour du cou. Cette chemise à carreaux verte et noire et ce bandana rouge à motifs noirs noué en écharpe.

Les metteurs en scène : Tout le monde est prêt ? Et... ACTION !

Tous en coeur : Oh non ! Qu’est-ce que tu viens faire là Mickey ?! On est en plein tournage ! Et que fais-tu avec ce rouleau de peinture ?! Va-t’en de devant la caméra ! … COUPEZ !!!

Les metteurs en scène, décident après ce contretemps, de visionner les images de la scène. Ils se rendent compte que sur la bande, nous voyons les mains de mickey en bas au milieu des 2 acteurs. Puis une bande blanche de peinture en diagonale recouvre le visage des acteurs !...

MERCI MICKEY !!!!

Dessins réalisés par la classe de 1ASSP du lycée Paul Lapie de Lunéville.

Terminale Pro OBM du lycée Boutet de Monvel de Lunéville - CE1/CE2 de l'école élémentaire de Chanteheux.

Le rêve de photographier Glen Baxter
Sérigraphie
Œuvre de la collection plus vite

Texte écrit par la classe de Terminale Pro OBM du lycée Boutet de Monvel de Lunéville.

L’œuvre est un dessin en noir et blanc sur fond beige.
Le dessin est présenté dans le format portrait.

Réalise le tableau avec un feutre noir.

Dessine un carré dont les deux côtés et le trait du dessus se situent à 3cm du bord. Le trait du dessous se situe à 10cm du bord inférieur.

Dessine un arc de cercle à 1/4 du haut du tableau et remplis cette zone par des traits verticaux coupés en plusieurs morceaux.

Écris sous le carré en majuscules à la façon d’une machine à écrire sur 3 lignes centrées :
Première ligne : LE RÊVE DE PHOTOGRAPHIER LE MONT
Deuxième ligne : EVEREST D’EN HAUT DEVIENDRAIT
Troisième ligne : BIENTÔT UNE RÉALITÉ.

A l’intérieur du cadre on voit un homme, avec un appareil photo, sur un escabeau en train de regarder le sommet d’une montagne.

L’homme, son escabeau et son appareil photo
Ils sont situés au premier plan du tableau à deux centimètres en bas à gauche du cadre.

L’escabeau représente un quart de la hauteur du cadre mais également de la longueur. Il fait la même hauteur que la montagne.

Le personnage est sur l’escabeau et occupe 3\4 du tableau.
Il est de 3/4 et plus haut que la montagne de 20 centimètres.
Il a les cheveux courts, clairs.
Il regarde l’Everest comme nous regardons une fourmilière.
Il porte une blouse qui descend jusqu’en dessous des genoux, une chemise, une cravate, un jean retroussé au niveau des chevilles et des mocassins bien voyants (genre chaussures de mariage).

L’appareil photo
Le personnage prend la photo en vue plongeante sur le sommet de la montagne.
L’homme tient l’appareil photo contre sa poitrine, car l’objet est énorme, aussi gros que sa tête, et encombrant.
Il a une forme cubique avec un objectif imposant et cylindrique.
L’homme regarde dans l’œilleton triangulaire avec l’œil droit qui n’est pas collé à cet objectif.

La montagne
Elle se situe en bas à droite du tableau.
Elle est dessinée au 2ème plan.
Elle mesure ¼ de l’image. Elle fait la même hauteur que l’escabeau.
On voit juste le sommet qui est blanc comme la neige, pointu et on y voit le relief.

Dessins réalisés par la classe de CE1/CE2 de l'école élémentaire de Chanteheux.

CE1/CE2 de l'école élémentaire de Chanteheux - Groupe d'adultes du lycée Ernest Bichat de Lunéville.

Lapin chasseur Christian Zeimert
Sérigraphie
Œuvre de la collection plus vite

Texte écrit par la classe de CE1/CE2 de l'école élémentaire de Chanteheux.

Le tableau est en format portrait.

Le titre du tableau «Lapin Chasseur» est écrit en bas du tableau, au centre, en italique. Il est écrit avec une couleur brun caramel.

Sur le tableau, on voit 3 paires de mains «beige-rosé» qui forment 3 ombres chinoises. Ces ombres chinoises sont de couleur gris foncé.

Les 3 ombres chinoises représentent : un chasseur, un lapin et une petite marmite.
On a l'impression que le fond du tableau est vert kaki clair tacheté de beige très clair.

En haut à gauche, il y a deux mains. Elles sont entrelacées. On ne voit qu'un petit morceau de ces deux mains et un petit bout de manche vert clair et vert foncé. C'est avec ces deux mains et cette manche qu'on a une première ombre chinoise : ça ressemble à un homme de profil portant un chapeau de chasseur sur la tête. Cet homme est penché en avant vers la droite et tient un bâton ou un fusil dirigé vers le haut. Il est représenté presque en entier. Il a une sorte de botte au pied. On a l'impression qu'il va avancer vers le milieu du tableau.

En bas de l'image, dans l'angle gauche, on voit la moitié d'un avant-bras et 2 autres mains qui dessinent l'ombre chinoise d'un lapin, vu de profil. La tête du lapin est orientée vers la droite et ses oreilles pointent en arrière, vers la gauche. L'animal est assis sur son derrière. Les deux pattes avant sont positionnées en l'air vers la droite et une patte arrière est visible sur le bas du corps du lapin, elle aussi dirigée aussi vers la droite.

Les deux dernières mains, placées sur le bord droit du tableau, vers le milieu, forment comme ombre chinoise une sorte de marmite avec deux anses et un couvercle. Cette marmite se trouve presque au milieu du tableau.

Dessins réalisés par le groupe d'adultes du lycée Ernest Bichat de Lunéville.

2GATL1 du lycée Paul Lapie de Lunéville - CM1 de l'école élémentaire de Chanteheux.

Couchéparterreaumilieudelaroute Jean-Paul Berrenger
Impression offset
Œuvre de la collection plus vite

Texte écrit par la classe de 2GATL1 du lycée Paul Lapie de Lunéville.

Analyse globale
L’œuvre se présente sous un format portrait de dimensions 70 par 50 centimètres. C’est une photographie en couleur.

A l’arrière-plan, il y a un ciel bleu clair avec de gros et nombreux nuages comme du coton sur toute la photographie, de couleur grise avec des touches de blanc.

Au premier plan, il y a un câble électrique torsadé horizontal traversant la photographie. Celui-ci se trouve à 28 centimètres en partant du bas de la feuille.

Sur le câble sont suspendus au milieu deux paires de chaussures grises foncées. L’image est à l’envers.

Le fond de la photo est clair.

L’angle de vue est frontal, face à nous.

Analyse plus détaillée
C’est le jour, le ciel est très nuageux on le voit très peu.

Les lacets des chaussures forme des noeuds. Le câble forme un axe horizontal, les chaussures des axes verticaux. Le câble est torsadé, enroulé.

Nombre d’éléments :

  • Deux paires de chaussures : une paire de bottines type rangers à lacets à droite, des baskets ou chaussures montantes à gauche. Elles sont parallèles et perpendiculaires au câble. Une chaussure est plus basse que l’autre. Elles sont de profil. Les bouts de lacets sont noués ensemble. Les bottines sont proches l’une de l’autre, une frontale et une tournée vers la gauche. On dirait qu’elles sont accrochées l’une à l’autre.
  • Il y a des effilochures sur les semelles et tiges des bottines.

Ressenti

  • Cette photo me stresse car j’ai envie que les chaussures soient à l’endroit.
  • Je la trouve très belle à cause du contraste du noir des chaussures.
  • Ça me perturbe.
  • Je me demande comment ils ont pris la photo.
  • Je trouve cette photo sinistre à cause des teintes choisies.
  • Je la trouve lumineuse.
  • C’est original, fantaisiste.
  • L’atmosphère dégage de la tranquillité (ciel). Le temps est stoppé, figé.
  • J’aime la symétrie dans l’image.

Impressions

  • Ça manque de réalisme.
  • Est-ce un montage ? Ex. lacets fixés à la résine.
  • Le décor est-il construit ?
  • Pourquoi l’artiste a-t-il pris cette photo comme ça ?
  • Ça interpelle, ça détourne l’attention, provoque.
  • Elle attire le spectateur, on peut rester longtemps à la regarder.
  • Elle est ludique, amusante.
  • Les chaussures doivent être en cuir ou en coton.

Dessins réalisés par la classe de CM1 de l'école élémentaire de Chanteheux.

CM1 de l'école élémentaire de Chanteheux - 3éme Prépa des Métiers, groupe 1, du lycée Boutet de Monvel de Lunéville.

Sans titre Christophe Berdaguer & Marie Péjus
Sérigraphie
Œuvre de la collection plus vite

Texte écrit par la classe de CM1 de l'école élémentaire de Chanteheux.

Photo, format paysage en noir et blanc avec un élément central rouge.
Au centre du tableau et donc en rouge sang, une maison, ni de profil ni de face mais en biais. Elle a la forme d’un pavé.
Le petit côté du pavé est à droite, il est surmonté d’un triangle qui dépasse un peu de chaque côté. Dans le rectangle, une fenêtre.
Le rez-de-chaussée est légèrement au-dessus du niveau du sol, c’est pourquoi on voit des escaliers avec de la verdure sur les rampes.
La partie allongée est à gauche, devant il y a une petite terrasse et 5 marches pour y monter.
Toujours dans cette partie, en partant de la droite vers la gauche, une porte fenêtre composée de trois parties, un espace, la porte d’entrée, un espace.
A l’étage 4 fenêtres respectivement alignées avec celles du bas.
Sur les fenêtres, le reflet des arbres en noir.
Sur le toit, on voit 2 cheminées de la même hauteur, une plus à gauche, l’autre plus à droite.
Derrière la maison un mur d’enceinte qui délimite un parc. Le haut du mur arrive au milieu du rez-de-chaussée de la maison.
A droite du tableau, au premier plan, on voit le feuillage d’un arbre, mais on ne voit pas le tronc de cet arbre. Ce feuillage recouvre une partie du triangle du petit côté de la maison et occupe la moitié de la partie haute du tableau. A côté et au-dessus du toit de la maison, le ciel est plutôt blanc, pas de nuage.
A gauche du tableau, au premier plan, un tronc qui se divise en 2 grosses branches en formant un V. Il est à peu près centré entre la maison et le bord du tableau. Le tronc est fait d’écorce qui fait apparaître des nuances de gris.
Derrière ce tronc, mais plus éloignés (arrière-plan), d’autres arbres, comme une forêt, ils sont plus foncés, presque noirs et les contours sont difficiles à voir. On ne voit plus qu’un petit bout du mur d’enceinte car il est caché par les arbres.
Derrière la maison de hauts arbres très clairs.
Le sol : de l’herbe qui n’est pas très haute. Elle va d’un gris très clair autour de la maison, à un gris un peu plus foncé vers le bas du tableau, ombre du feuillage. Il y a de nombreux petits points blancs, ce sont des petites fleurs, des pâquerettes.

Dessins réalisés par la classe de 3éme Prépa des Métiers, groupe 1, du lycée Boutet de Monvel de Lunéville.

Terminale Pro TBP TU du lycée Boutet de Monvel de Lunéville - 2ASSP du lycée Paul Lapie de Lunéville.

Licorne Pierre Ardouvin
Impression offset
Œuvre de la collection plus vite

Texte écrit par la classe de Terminale Pro TBP TU du lycée Boutet de Monvel de Lunéville.

Présentation générale :
L’œuvre est en format Portrait et c’est une photographie en couleur.
Dans cette photo on voit une chaise scolaire de profil. La chaise prend 2/3 du format.
Elle est posée sur un sol gris qui représente 1/4 du tableau.
Le fond est un mur blanc qui représente 3/4 du tableau.
Une branche morte, qui a plusieurs rameaux, est fixée sur le dossier. Un mobile est fixé à la branche.
La branche est parallèle à l’assise et de la même largeur. Le mobile quant à lui dépasse légèrement de l’assise. A ce mobile sont suspendus des meubles miniatures.

La chaise :
C’est une chaise d’école. On pourrait la trouver dans une brocante ou chez un antiquaire.
La structure de la chaise est en acier, l’assise et le dossier sont en bois. La chaise est dégradée, usée et abimée par l’utilisation des écoliers. On peut voir des lettres gravées sur l’armature du dossier, probablement par un ancien élève.

La structure de la chaise est de couleur verte métallique. La peinture est plus écaillée à la base des pieds de la chaise laissant apparaitre la rouille. L’assise est arrondie à l’avant.
5 points de fixation sont apparents sur l’assise sous forme de vis qui sont enfoncées (on ne voit qu’une partie de la tête de la vis). Le dossier est concave et arrondi sur la partie supérieure.

Une grande branche morte est fixée au dossier de la chaise. Elle est perpendiculaire au dossier et parallèle à l’assise. Elle se sépare en 3 rameaux avec un des rameaux qui remonte en diagonale vers le coin haut droit de l’image.
Il reste encore un peu d’écorce.
Chaque rameau possède de toutes petites branches qui font penser à des épines.
Elle est de couleur marron, beige, gris à tendance vert.

Le mobile :
Le mobile est accroché au rameau le plus bas de la branche.
Le mobile est en brindilles de bois reliés entre eux avec un fil marron.
Les objets accrochés au mobile sont miniatures, tous de la même taille et alignés. Tous ces petits objets ressemblent à des jouets réalistes.
Les éléments sont (de gauche à droite) :

  • une chaise, en bois foncé et une assise en bois clair
  • une armoire brune claire
  • un guéridon en bois marron avec des pieds rouges
  • une coiffeuse bleue derrière laquelle on trouve un porte-manteau sur pied en bois et en troisième plan une baignoire ancienne rose et arrondie
  • une table en bois brune avec un plateau jaune vue du dessous devant laquelle se trouve un meuble à tiroir sur pied
  • une chaise de salle à manger en bois marron foncé se trouve devant un fauteuil en bois plus clair utilisé souvent dans les westerns pour le bureau du shérif
  • une armoire en bois brune avec 2 portes rouges et un tiroir rouge en dessous des portes
  • un lit bleu vertical.

Dessins réalisés par la classe de 2ASSP du lycée Paul Lapie de Lunéville.

3ème Prépa des Métiers, groupe 1, du lycée Boutet de Monvel de Lunéville - CE2/CM1 de l'école élémentaire de Chanteheux.

Sans titre Yann Lestrat
Impression offset
Œuvre de la collection plus vite

Texte écrit par la classe de 3ème Prépa des Métiers, groupe 1, du lycée Boutet de Monvel de Lunéville.

Notre œuvre mesure environ 100 cm x 70 cm, format paysage.
Un contour blanc entoure l’œuvre.
C’est une photo de paysage tropical, au bord d’une mer turquoise. On se croirait sur une île.
La photo aurait pu être prise du haut d’un balcon.

L’œuvre se compose de 3 plans.
Le 1er plan  : moitié basse de la photo
En partant de la gauche, la piscine (de type piscine d’hôtel) se situe à 1/3 du bord gauche du tableau. Elle a une forme de trapèze penché légèrement du côté droit. Elle est creusée. A la place de l’eau on trouve des débris d’une maison détruite (débris de bois et de pierre).
La piscine est encadrée d’un bord bleu.
Dans l’angle en haut à droite de la piscine, il y a une échelle pour descendre dans la piscine.
Tout autour de la piscine on peut voir une vingtaine de transats de couleur bleu avec les pieds blancs posés sur une terrasse de carrelages hexagonaux beiges de petite taille.
Cette terrasse est délimitée par un petit rebord en pierre blanche.
A l’extérieur de ce rebord à gauche de la piscine on voit une belle pelouse bien verte.
Une barrière en fer de couleur blanche et aux barreaux serrés entoure tout cet espace.
Sur un des transats à gauche de la piscine et sous un parasol, il y a une personne allongée sur le ventre en maillot de bain.
En arrière-plan un peu à droite de la piscine sur un autre transat il y a une autre personne couchée sur le dos.
Sur le carrelage, nous voyons 2 parasols à gauche, 2 à droite et 2 devant la piscine.
Devant la piscine à gauche nous voyons une moitié d’un palmier puis à droite une autre moitié de palmier.
Derrière la piscine à droite nous voyons une pancarte orange de forme rectangulaire avec 2 pieds blancs.

Au deuxième plan de l’œuvre  :
Il y a surtout des palmiers plutôt grands plantés sur une ligne horizontale au centre de l’image. Il y en a deux qui vont jusqu’en haut de l’image.
La plage part de la gauche de l’image vers la droite en forme de S horizontal. Le sable est beige et il y a un chemin en bois (pour ne pas marcher sur le sable) qu’on ne distingue presque pas du sable.
Il y a un peu d’herbe à l’ombre avec deux sortes d’arbre avant la plage en plein soleil.
Il y a aussi un chapiteau blanc qui ressemble à un bar au bord de la mer caché par un petit arbre.
Sur le bord de la mer devant ce bar il y a deux parasols en bois un peu tropical.

Au troisième plan il y a la mer.
La mer est bleu-vert voire turquoise.
Dans la mer, du côté gauche, on voit une presqu’île avec des rochers bruns un peu gris foncé avec une petite couche de verdure.
Du côté droit dans la mer il y a un ponton en bois crème clair.
A gauche du cadre, en tout petit, on voit une personne en canoë-kayak rouge pagayer (on pourrait dire que c'est une petite tâche rouge).
Tout au fond, en vraiment tout petit et trouble, on voit une forêt verte et plus en arrière on voit des collines à peine visibles, cachées pas les nuages.
On voit ces collines au milieu du troisième plan entre deux têtes de palmier.

Dessins réalisés par la classe de CE2/CM1 de l'école élémentaire de Chanteheux.

3ème Prépa des Métiers, groupe 2, du lycée Boutet de Monvel de Lunéville - CP de l'école élémentaire de Chanteheux.

C'est comme R.M #5, Fabien, Les Molunes Alain Bernardini
Estampe numérique
Œuvre de la collection plus vite

Texte écrit par la classe de 3ème Prépa des Métiers, groupe 2, du lycée Boutet de Monvel de Lunéville.

Format : Paysage.
Type : Photographie. La photo est bizarre, farfelue.
Angle de vue frontal.
C’est un paysage de plaine, devant des montagnes, qui pourrait se trouver dans le massif central.
Il y a 4 plans.

1er plan :
L’Homme :

  • Se trouve au milieu en bas de l’œuvre.
  • On le voit en entier.
  • Il occupe les 3/4 de l’image.
  • Ses pieds sont à environ 1cm du bord inférieur de l’œuvre.
  • Il est debout, les jambes entr’ouvertes avec les mains dans le dos.
  • Il a un gros pneu de camion à la place de la tête et qui cache le cou et les épaules.
  • L’homme porte un bleu de travail rouge avec un gilet de sécurité réfléchissant de couleur jaune. Ce gilet présente 2 bandes réfléchissantes horizontales (une au niveau de la ceinture et une au niveau du ventre) et 2 poches entre les deux bandes.
  • Il porte des chaussures de sécurité de couleur noire.
  • La jante du pneu est de couleur blanche. Elle présente au centre un cercle noir qui permet de fixer la roue, entouré de 8 écrous gris. Elle présente également quatre gros trous noirs percés et placés en croix et des plus petits trous entre.
    Le sol :
  • Au pied de l’homme, une bande de terre est brune et a l’air d’avoir été piétinée par un troupeau.
  • Cette zone de terre se situe du bas du tableau jusqu’à la hauteur des genoux de l’homme.
  • Une bande d’herbe verte est derrière et sur les côtés de l’homme. Elle est dense et va de la hauteur des genoux jusqu’à la hauteur des épaules de l’homme.
  • Cette bande est ondulée.

2ème plan :
Au loin, une bande de forêt de sapins.

  • Dense dans un dégradé de vert foncé.
  • Cette bande est entre le bas de la roue et le bas de la bande de montagnes.

3ème plan :
Une bande de montagnes.

  • Petites, à la hauteur de la moitié de la roue.
  • Arrondies, non pentues.
  • Un peu enneigées.
  • De couleur gris foncé.

4ème plan :
Une bande de ciel.

  • On dirait qu’il va pleuvoir.
  • 1/3 de la photo, de la moitié de la roue jusqu’en haut de l’image.
  • Nuageux, grisâtre : gris clair, gris foncé, nuancé, sans soleil.
  • Plus de nuages du côté gauche.

Dessins réalisés par la classe de CP de l'école élémentaire de Chanteheux.

1ASSP du lycée Paul Lapie de Lunéville - 2GATL1 du lycée Paul Lapie de Lunéville

Near Fukushima Véronique Joumard
Impression offset
Œuvre de la collection plus vite

Texte écrit par la classe de 1ASSP du lycée Paul Lapie de Lunéville.

Nous étions le 21 octobre, premier jour de l’automne, la pluie ne cessait de tomber sur mon velux. Le temps était triste et les feuilles tombaient, les parapluies s’envolaient. J’étais assise sur mon canapé, pensive, et il m’a fallu peu de temps pour m’assoupir.
Puis en cette fin de journée, comme à mon habitude, je me suis habillée chaudement, et je suis sortie avec mon parapluie, mes bottes aux pieds, pour une promenade sur la plage.
Le temps s'était calmé, le ciel était devenu nuageux et grisâtre. Je me suis arrêtée pour observer le paysage qui s'étalait devant moi comme une carte postale format portrait. Le sable était mouillé et marqué par le passage des engins qui entretiennent la plage tous les matins. La mer au fond semblait légèrement agitée. A mes pieds, le sable commençait à sécher, devenant granuleux et épais. Un peu plus loin, le sable était semblable à de la terre retournée et une petite butte s'était formée sur la droite. 
Au deuxième plan, en face de moi, trônait une structure imposante qui semblait être faite entièrement de béton mouillé de couleur sombre et qui remplissait exactement le centre du décor. Elle était composée de quatre piliers verticaux alignés et de quatre plateformes dont une au sol qui formaient trois étages. La plateforme située au sol comportait à droite, un escalier qui montait vers la droite jusqu'au premier étage. Le second escalier à l'arrière des piliers commençait à gauche de la plateforme du premier étage et montait vers la gauche jusqu'à la plateforme du deuxième étage. La structure que je voyais me faisait penser à une maison sans les murs, je m'imaginais pouvoir monter en haut de cette structure pour observer l'horizon.
Mes yeux se sont orientés ensuite à l'arrière-plan de cette structure. Le ciel me paraissait froid et légèrement assombri, il se confondait avec la couleur de la mer dans des teintes pâles, et me donnait une impression de flou. La mer s'était un peu retiré et avait laissé une bande de plage mouillée sans aucune trace. Il y avait de petites vagues qui formaient un peu d'écume.
Tout cela me donnait une impression de calme, de tranquillité, malgré le côté un peu maussade du temps.

Je suis restée là un bon moment, pensive, laissant mon imagination voyager…

Dessins réalisés par la classe de 2GATL1 du lycée Paul Lapie de Lunéville.

2ASSP du lycée Paul Lapie de Lunéville - 3ème Prépa des Métiers, groupe 3, du lycée Boutet de Monvel de Lunéville

Même pas peur Alain Séchas
Sérigraphie
Œuvre de la collection plus vite

Texte écrit par la classe de 2ASSP du lycée Paul Lapie de Lunéville.

Cette œuvre représente un tableau, format portrait. C’est un dessin qui ressemble à une BD (contours des choses ou des personnages). C’est un autoportrait d’un être humain à tête de chat. Le fond est blanc, mais il y a des couleurs vives (bleu, rouge, jaune et noir). Il y a du texte en bas du tableau écrit au crayon de papier et manuscrit.

Au premier plan, l’être humain à tête de chat qui peint porte une blouse ceinturée, il est de 3/4 dos. On ne voit pas sa main droite, on ne voit que sa main gauche. Il tient une palette de peintre ovale par en dessous ; son pouce dépasse du trou de la palette. Il y a du jaune, du rouge, du noir et du bleu sur la palette. Ces couleurs coulent et forment trois petites taches noir, bleu, rouge. Le peintre à tête de chat porte deux gouttes de sueurs de part et d’autre de sa tête.

Au deuxième plan : on voit un chevalet et une toile sur le chevalet. Le chevalet est massif et formé de morceaux de bois rectangulaires, il est réglable en hauteur. Le support est ajustable et troué en hauteur : on observe trois trous noirs au dessus et en dessous de la toile.
La toile que peint le chat est en format portrait aussi. On voit l’autoportrait de l’homme chat qui a une expression du visage un peu perdue. Il tient un gros bâton noir. Il est sur fond de couleurs (bleu, rouge, jaune) qui part de gauche à droite. La bande bleue à gauche est moins large que la bande rouge et en plus une bande jaune moins large est à droite. La bande rouge au milieu est la plus large. Le personnage dessiné est à cheval sur la bande jaune et rouge, à droite.

L’arrière plan est tout blanc. Au premier plan en bas du tableau, il y a des écritures. Le titre “MÊME PAS PEUR !“ Est écrit en bas à gauche au crayon de papier sur deux lignes. Première ligne : MÊME PAS ; deuxième ligne : PEUR !
En bas entre les pieds du support, il y a le nom de l’auteur écrit en majuscule “SECHAS“, au milieu 12/100, en bas à droite sur la cuisse du peintre il y a 2019.

Dessins réalisés par la classe de 3ème Prépa des Métiers, groupe 3, du lycée Boutet de Monvel de Lunéville.

CP de l'école élémentaire de Chanteheux - FAS de Lunéville.

Chien Coupé Briac Leprêtre
Impression offset
Œuvre de la collection plus vite

SUPPORT
    charades
Mon premier se fait en marchant.
LIEU
    devinette
Mon tout est rectangle.

Charade 2
Mon premier est l'autre mot pour dire bus
Mon second est le nom de 1000 kilogrammes
Mon troisième est au milieu du visage
MEDIUM
    devinette
FORMAT
    charade
Mon premier est le contraire de guerre.
Mon second est la 9ème lettre de l'alphabet.

Mon tout est souvent pris en photo.
Je suis de la peinture.
On m'applique au pinceau.
Je me mélange avec beaucoup d'eau.

Mon tout ressemble à de l'encre.
REPONSE et détails
    REPONSE
    REPONSE
    REPONSE
Paix i sage → paysage aquarelle
C'est pour les piétons.
Ça commence par un T…

SUJET
    devinette
C'est si long d'attendre... Il a quatre pattes et un museau.
Il a une queue.
Il aboie.

TITRE
REPONSE
    et détails
Trottoir
Il est au premier plan et occupe une grande partie du tableau.
Il est entre un petit bout de route gris foncée et le bas d'un mur de maison blanc un peu sali.
Il y a des petits cailloux gris et blanc dessus un peu partout.
Détails
Dans une atmosphère calme le chien semble attendre son maître, il est immobile.
Ou peut être qu'il s'est perdu et qu'il attend devant une porte.
Un chien !

Il est à l'arrière plan.
On le voit en plongée.
On ne voit ni son dos ni le dessus de sa tête.
La partie visible de sa tête est noire, marron clair et beige. Il a la truffe noire.
Les poils du corps sont un peu longs, ni raides ni frisés.
Les poils des pattes sont plus courts, beiges, blancs et marron clair mélangés.
On aperçoit un minuscule bout de sa queue sur le côté.
Il n'a pas de maître.

CE2/CM1 de l'école élémentaire de Chanteheux - Terminale Pro OBM du lycée Boutet de Monvel de Lunéville.

Fatima océan shelter Lionel Scoccimaro
Sérigraphie
Œuvre de la collection plus vite

Texte écrit par la classe de CE2/CM1 de l'école élémentaire de Chanteheux.

Notre cabane sur la plage.

L’œuvre est au format paysage.
Elle mesure 70 cm de longueur et 50 cm de largeur.
C’est une photographie couleur. Les couleurs sont claires.
L’angle de vue de la photographie est frontal.

Au premier plan, nous apercevons une cabane construite à la main sur du sable avec du bois flottant ramassé sur la plage.
Le sable est beige. Il n’y a rien autour. L’endroit est calme et reposant. On entend le bruit des vagues et des mouettes que l’on ne voit pas.

La cabane de forme rectangulaire n’est pas très haute, un homme ne peut pas y tenir debout. Des enfants peuvent y entrer pour jouer calmement.
La cabane n’a pas de porte mais a un toit plat. Elle n’est pas habitée pour l’instant.
Les petits habitants sont dans l’océan pour jouer ou pêcher.

La cabane est ouverte sur la nature et est très lumineuse. Elle est accueillante.
Des troncs d’arbres couchés sont posés devant la cabane. Ils servent de bancs pour s’asseoir et voir la mer.
Des coquillages sont posés sur du bois à droite à l’extérieur de la cabane.
Des colliers de coquillages pendent du toit. C’est une personne créative qui les a fabriqués.
Il y a des objets colorés accrochés au toit de la cabane : des bouteilles bleu clair, des lanternes jaunes et violettes.

A l’arrière-plan, nous voyons des dunes de taille moyenne à l’horizontale. A leur sommet, il y a de l’herbe sèche.
Les enfants adorent y jouer, y sauter, s’y rouler.
La photographie a été prise le jour, nous apercevons un peu de ciel bleu parsemé de quelques nuages blancs. Il s’agit probablement d’un ciel d’été.

En fin d’après-midi, les enfants de retour de l’océan rapporteront du petit bois pour faire un feu.
Certains joueront dans le sable, feront des châteaux. D’autres se reposeront sur le sable.
Le soir, ils feront un feu près de la cabane pour griller leurs poissons et des chamallow.
A la nuit tombée, tous chanteront des chansons et danseront autour du feu. Ce sera la fête !

Cette cabane qui nous apparaît abandonnée sur la photo va se transformer au retour des enfants !

Dessins réalisés par la classe de Terminale Pro OBM du lycée Boutet de Monvel de Lunéville.

Groupe d'adultes du lycée Ernest Bichat de Lunéville - CE1 de l'école élémentaire de Chanteheux.

Les bras à terre Lionel Pralus
Impression offset
Œuvre de la collection plus vite

Texte écrit par un groupe d'adultes du lycée Ernest Bichat de Lunéville.

Prends un crayon gris, un blanc, un marron un noir et un vert. Tu n’auras besoin de rien d’autre, à part peut-être d’un taille crayon.
On a pris une photo dans un sous-bois de résineux, en fin d’après-midi un 12 avril. L’atmosphère est silencieuse hormis le bruit que font les branches quand je marche dessus comme si l’on cassait des os.
C’est sombre, légèrement inquiétant mais les curieux auront envie d’aller voir ce qui se passe au fond.

Prends la feuille en format paysage.
Au premier plan, dessine deux troncs d’arbre droits et parallèles ; un de chaque côté de la feuille comme si on pouvait y accrocher un hamac. Pose quelques branches en haut des troncs, de part et d’autre. On ne voit pas le ciel.
Pour le sol, recouvre-le d’un tapis d’aiguilles de pins, de quelques mousses, et de quelques branches cassées.
Juste derrière les deux arbres, fais apparaitre une zone dégagée et plus éclairée.
En arrière-plan, représente plein d’arbres pour assombrir l’atmosphère. Et tout au loin, on doit deviner une seconde zone éclairée plutôt au centre de la photo.
Ce que l’on a oublié de te dire si tu pensais avoir terminé, c’est qu’il te faut désormais écrire en gros, en majuscules et en gris sur ton œuvre la phrase suivante : sur une première ligne et sur toute la largeur de la photo le mot : CASSER, sur une seconde ligne toujours sur toute la largeur de la photo, les mots : DES OS. Le tout doit permettre de partager l’image en 5 parties horizontales d’égale hauteur et largeur. Ajoute en noir toujours en majuscules la date : 12 avril dans la barre horizontale du R de CASSER.
Bon courage.

Dessins réalisés par la classe de CE1 de l'école élémentaire de Chanteheux.

5ème du collège Ernest Bichat de Lunéville - 3ème Prépa des Métiers, groupe 2, du lycée Boutet de Monvel de Lunéville.

Eau de Cologne Rain Endre Tót
Sérigraphie
Œuvre de la collection plus vite

Texte écrit par la classe de 5ème du collège Ernest Bichat de Lunéville.

L’œuvre qui nous a été proposée est une photographie retouchée de la ville de Cologne, en noir et blanc, prise au format paysage selon un angle de vue frontal.

Au premier plan, des bateaux immobiles flottent sur le fleuve : ce sont essentiellement des péniches et des bateaux de plaisance.

Au second plan, nous pouvons voir des maisons alignées le long d’un quai bordé d’arbres feuillus. Ces habitations sont serrées mais plutôt grandes car elles ont jusqu’à trois étages et beaucoup de fenêtres.

Au troisième plan, une immense cathédrale surplombe la ville et assombrit l’image de sa masse imposante. Contrairement à Notre-Dame de Paris, elle est surmontée de flèches pointues qui s’élancent vers le ciel jusque dans les nuages. L’arrière-plan est en effet constitué d’un ciel gris sur lequel se détachent quelques nuages blancs ajoutés sur la photographie par l’artiste. Ce dernier a également représenté des gouttes de pluie, stylisées par des pointillés blancs, alignés et penchés vers la gauche. Enfin, on peut lire au milieu du ciel, entre deux nuages, l’inscription « EAU DE COLOGNE » en lettres capitales blanches, tandis que le mot « rain »,(pluie en anglais), apparaît ton sur ton sur le nuage le plus proche du nom de la ville.

En regardant cette œuvre, on ressent de la tristesse car cette photographie est en noir et blanc, avec un ciel plutôt nuageux dans l’ensemble. En plus, le mot « rain » renforce le caractère morose de ce paysage pluvieux.

Puisque cette image est légèrement floutée, nous pensons que cette volonté de l’artiste a pour but de cacher cette ville pour susciter chez le spectateur l’envie de découvrir Cologne, en Allemagne.

Enfin, l’inscription « eau de Cologne » est un jeu de mots entre la ville de Cologne, où tombe de l’eau de pluie, et le parfum originaire de cette ville que l’on appelle ainsi. Cela nous donne l’impression que les gouttes blanches ajoutées sur la photographie sont de l’eau de Cologne vaporisée par quelqu’un.

Dessins réalisés par la classe de 3ème Prépa des Métiers, groupe 2, du lycée Boutet de Monvel de Lunéville.

CE1 de l'école élémentaire de Chanteheux - 5ème du collège Ernest Bichat de Lunéville

Ça bouge Jérémie Gindre
Tirage ultra chrome rehaussé à l'encre de chine
Œuvre de la collection plus vite

Texte écrit par le classe de CE1 de l'école élémentaire de Chanteheux.

L'œuvre observée est en format portrait.
L’artiste a mélangé plusieurs techniques : peinture, feutres, encres.

Quand nous regardons ce tableau nous voyons :
Un gros rocher vertical qui est en équilibre sur un autre rocher horizontal.
Sur le gros rocher vertical il y a une inscription noire en capitale d’imprimerie : «ça bouge».

Le ciel est de plusieurs couleurs : en haut il est bleu avec quelques petits nuages blancs et vers le bas il vire de l’orange au jaune. On dirait un coucher de soleil.

Tout en bas du tableau il y a une bande d’herbe vert kaki.
Sur cette bande d’herbe se trouve le rocher horizontal. Il a une forme rectangulaire, il est couché. Il prend toute la largeur de la feuille. Ce rocher est marron clair un peu orangé et marron foncé. Du côté gauche il y a un autre morceau de rocher plus foncé. Il y a aussi, et toujours du côté gauche, sur le rocher couché, un arbre avec un peu de branches et des feuilles. Cet arbre est fait avec un mélange de vert.
Le gros rocher vertical qui est en équilibre a la forme d’une maison. Il est marron orangé. Sur ce rocher il y a une forme plus sombre en forme de porte.
L’inscription noire «ça bouge» se trouve au-dessus de la porte et prend toute la largeur du rocher.
Du côté gauche de la porte il y a une forme plus foncée qui ressemble à un “S“. Le haut de ce rocher ressemble à un lion couché.
Un petit caillou attaché au rocher horizontal tient le gros rocher en équilibre.

Le tableau est beau, les couleurs sont belles. On se croirait dans un désert, c'est un peu effrayant car j’ai peur que le rocher me tombe dessus. L’inscription sur ce rocher est un peu bizarre.
Pour certains c'est reposant et aussi amusant, ce gros rocher en équilibre sur un tout petit.

Dessins réalisés par le classe de 5ème du collège Ernest Bichat de Lunéville.

Coordination artistique du projet
Olivia Chaponet et Morgane Britscher
Coordination pédagogique du projet
Magoba Brenot

Participants adultes :

FAS
Mlle Lorine ANGELMANN, animatrice
Ecole élémentaire de CHANTEHEUX
Mme Sophie FRANCOIS
Collège Bichat
Mme Aude COLLIGNON, professeur de Lettres et Référente Culture
Lycée Boutet de Monvel
Mmes Murielle MINAULT, professeur documentaliste et Référente Culture et Hanane RIAL, professeur de Lettres
Lycée Bichat
Mmes Véronique MONANGE, professeur documentaliste et Référente Culture, Nathalie BABENKO et Guillemette DELMAS, professeurs documentalistes, Isabelle HERMANT, AESH et Chrystal PEREZ, AED
LP Lapie
Sandrine GERARDIN, professeur de Logistique, Agnès Guyon et Laurence Pommier, professeurs de Lettres, Caroline MALICKI et Véronique ROLLANDO, professeurs de BSE/STMS, Vincent SCHNEIDER et Francis SEJOURNANT, professeurs d’arts appliqués, Christophe REVEILLEZ, professeur de mathématiques, Andrée LENTZ, professeur de Gestion Administration, Camille THOURON, CPE

Les projets fédérateurs sont portés par la DAAC et la DRAC Grand Est représentés par Sophie RENAUDIN, Déléguée Académique à l’éducation Artistique et à l’Action Culturelle et Christelle Creff, Directrice régionale des affaires culturelles.
plus vite est une structure culturelle qui travaille en complémentarité des lieux culturels. Le public visé prioritairement est celui qui n’a pas accès aux lieux culturels - soit environ 85% de la population rurale ou urbaine.

plus vite créée des dispositifs de médiation permettant d’accompagner ces publics lors d’une première rencontre avec l’art contemporain.
www.plusvite.org

Artiste intervenante
Morgane Britscher

Morgane Britscher développe un travail d’observation lors de déambulations dans des paysages urbains ou ruraux. Ses photographies captent, entre autres, les curieuses traces de la présence humaine.