UNE UN DES à Delme

Quatre classes de l'école primaire de Delme ont activé le protocole UNE UN DES. Les œuvres, les textes et les nombreuses productions (près de 100!) des enfants ont été montrés lors de la nuit des lucioles 7.
Avec les œuvres de Nathalie Bachmann, Jérémie Gindre, Briac Leprêtre, Lionel Scoccimaro.

Poison de Nathalie Bachmann

L'accident invisible
Notre œuvre est un objet en verre transparent de couleur verte en forme de goutte d'eau couchée à l'horizontal. Elle est aplatie en-dessous, ce qui fait qu'elle ne roule pas ; elle ressemble à un flacon ouvert d'où est sorti un liquide vert transluicent* qui a durci. On aperçoit des morceaux dans le liquide. Le flacon mesure 18 cm de longueur, 9 cm de hauteur et 12 cm de largeur. Un petit disque en verre de 4,5cm de diamètre gravé d'une tête de mort est installé au sommet du flacon.
Un jour, une scientifique devint une artiste.
Elle voulait préparer une potion d'invisibilité et, pour que personne ne lui vole, elle posa une tête de mort sur son flacon. Elle mit alors des ingrédients (on ne révèle jamais une recette), elle mélangea et elle le secoua pour qu'il n'en reste pas au fond. Les ingrédients fusionnèrent et se mirent à bouillir. La fiole commença à fondre et à s'aplatir jusqu'à ce que la scientifique se brûle les mains et la lache. Le bouchon s'enleva, le liquide sortit du flacon et quelques gouttes lui tombèrent sur les pieds. Elle disparut, laissant l'oeuvre en verre...

  • transluicent : transparent mélangé à translucide
    CM2 – école de Delme – septembre 2019

Ce texte a été soumis à la classe de CP/CE1 dont voici quelques productions plastiques.

Ca bouge de Jérémie Gindre

Notre œuvre est un dessin présenté dans le sens « portrait ». On peut y voir une grosse pierre de forme plutôt rectangulaire en équilibre sur un rocher. Tous deux sont de couleur « rouille ». Au milieu de la pierre, une inscription a été réalisée en grosses lettres noires : CA BOUGE. Un petit arbre, peut-être un sapin, se trouve à gauche de la pierre. A l’arrière-plan, le ciel est bleu puis devient jaune en descendant vers l’horizon. Au premier plan, l’herbe est verte foncée devant le rocher.
En regardant cette œuvre, certains trouvent l’atmosphère inquiétante. D’autres trouvent la situation étrange, absurde. L’artiste n’a pas représenté la réalité. Il serait impossible d’aller faire une telle inscription sur la roche. On se demande dans quelle direction pourrait tomber la pierre…
CP/CE1, école de Delme - septembre 2019

Ce texte a été soumis à la classe de CE2 dont voici quelques productions plastiques.

Fatima ocean shelter de Lionel Scoccimaro

L'oeuvre est une grande photographie en format paysage, de 50 cm x 70 cm.
En plein milieu se trouve une cabane en bois flottant, sur du sable. Elle occupe beaucoup de place.
Elle est rectangulaire. Il y a 3 murs faits en branches verticales enchevêtrées, et un toit plat avec des branches horizontales. La cabane est ouverte, il n'y a pas de porte.
Le long du toit se trouve une guirlande très colorée faite d'objets (bouteilles en plastique, arrosoir, boules). Ce sont peut-être des déchets, on dirait que les bouteilles ont été peintes pour faire des décorations.
Les couleurs de la guirlande sont vives, presque fluo. Elles ressortent bien. Il y a du bleu, du jaune, du rose.
La cabane ne paraît pas très haute, on ne pourrait pas tenir debout dedans.
Devant la cabane, il y a des rondins de bois qui pourraient servir de bancs ou de table.
Derrière la cabane, on voit des dunes de sable avec un peu de végétation.
Au dernier plan, il y a un petit bout de ciel bleu avec des nuages blancs.
Il y a beaucoup plus de sable que de ciel.
Le paysage est désertique, le sable et la cabane sont brun-beige. Mais la cabane est un peu plus foncée.
Sans le ciel et la guirlande, le paysage serait triste. Mais la guirlande le rend joyeux. On a envie d'entrer dans la cabane pour jouer ou lire. On pourrait faire un feu de camp, un château de sable, ou partir explorer. On pourrait aménager la cabane pour y vivre.
Il n'y a personne sur la photo, on ne sait pas qui a construit la cabane.
Peut-être que c'est le photographe qui l'a construite, ou peut-être qu'il l'a prise en photo parce qu'il la trouvait jolie. On dirait qu'il a pris la photo d'un peu plus haut, comme s'il était sur une petite dune.
Si on devait trouver un titre :La cabane dans le sable. La cabane joyeuse.
La cabane sur la dune
.
CM1, école de Delme - septembre 2019

Ce texte a été soumis à la classe de CM2 dont voici quelques productions plastiques.

Chien coupé de Briac Leprêtre

Le chien coupé

70 X 50 cm
Format paysage
Peinture, aquarelle.

Cette œuvre représente un chien debout, immobile, sur un trottoir. Autour de lui, il y a des gravillons éparpillés.
Le chien n’est pas entier sur l’image, le peintre l’a coupé.
On voit ses pattes, son poitrail, son museau et une partie de son ventre.
On ne voit pas ses yeux, le haut de sa tête, son dos et sa queue.
Le chien est dans la partie haute du tableau et il regarde vers la gauche. Il a des poils de longueur moyenne, noirs sur le corps, blancs sur les pattes et le museau. On voit un peu de brun au dessus de sa truffe bien noire et sur les pattes.
Toute la moitié en bas du tableau est occupée par le trottoir gris clair. Sur le trottoir, on peut voir l’ombre du chien qui est gris foncé.
On distingue la bordure du trottoir dans le coin en bas à droite. Dans le coin en haut à gauche, derrière le chien, se trouve un mur gris foncé avec de la mousse ou des salissures.
On dirait que c’est un jour sombre, nuageux, car il y a peu de couleur dans le tableau. En regardant cette peinture, on sent de la tristesse comme si le chien était seul ou perdu.
Le fait que le peintre ait choisi de ne pas montrer le chien en entier nous donne envie de réfléchir à ce qui est caché, et d’imaginer la véritable histoire de ce chien.
Pour finir, nous avons envie de vous dire que ce tableau nous a fait penser à la chanson Mirza, de Nino Ferrer, dont nous vous proposons un extrait :
« Z’avez pas vu Mirza ? Oh la la la la la …
Où est donc passé ce chien ?
Je le cherche partout.
Où est donc passé ce chien ?
Il va me rendre fou.
Où est donc passé ce chien ?
Oh ! Yeah ! Ca y est, je le vois !
Veux-tu venir ici ! »
CE2, école de Delme - année 2019

Ce texte a été soumis à la classe de CM1 dont voici quelques productions plastiques.

suite

APPEL A MOBILISATION POUR MAINS D'ŒUVRES

Mardi 8 octobre, l'association Mains d'Œuvres a été expulsée des locaux où elle était installée depuis 2001. Mains d'œuvres, c'est une pépinière artistique et un lieu de diffusion artistique pluridisciplinaire. C'est un tiers lieux collaboratif.
L'association est en conflit avec le Maire William Delannoy, élu en 2014 sous l'étiquette divers droite à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis).
Nous vous incitons à aller sur le site de Mains d'Œuvres, pour signer la pétition.

L'association plus vite est inquiète et révoltée par des difficultés rencontrées par Mains d'Œuvres. Elle est solidaire de l'équipe qui a porté, jusqu'à aujourd'hui, un projet atypique et inspirant.

capture d'écran site Mains d'Œuvres

suite